Français (FR)English (UK)

Le mot du président

Réflexions sur la nouveauté :

Quand en 1973, j'ai eu l'intuition du potentiel du marketing téléphonique (avec 3 ou 4 autres car les bonnes idées n'arrivent pas qu'à une personne), il y avait 7 millions de lignes téléphoniques en France. Il fallait jusqu'à 2 années pour qu'un particulier puisse bénéficier du précieux instrument. C'était encore l'époque où la référence téléphonique était le « 22 à Asnières » de Fernand Reynaud... Autant de références qui ne diront rien à bon nombre d'entre vous... En 1981 il y avait 28 millions de lignes téléphoniques en France... Dans les années 80, avoir le téléphone dans la voiture était un privilège ; comme avoir un GSM en 1993. Il m'est arrivé la même chose en 1986 quand nous avons créé un logiciel de gestion de forces de vente sur micro ordinateur (Supercom). A ce jour il y en a plus de 300. Mon propos n'est pas de jouer les passéistes, mais de rappeler que les choses évoluent. Ce qui paraît impossible à un instant de l'histoire technologique, devient monnaie courante à une autre époque. Beaucoup, et non des moindres sont tombés dans ce travers :

« Les machines volantes plus lourdes que l'air sont une hérésie »

Lord Kelvin Président, Royal Society, C. 1885

« Tout ce qui peut être inventé l'a déjà été »

Charles H. Devell, Directeur de U.S. Patent Office, 1889

« Les femmes responsables et sensées ne veulent pas voter »

Grover Cleveland, 1905

« Les avions sont des jouets intéressants, mais aucune valeur militaire »

Robert Milikan, Prix Nobel de Physique, 1923

« Pourquoi donc les acteurs devraient-ils parler ? »

Harry M. Warner Brother Picture, c. 1927

« Les ordinateurs pèseront peut être un jour... moins de 1,5 tonnes »

Popular Mechanics, 1949

« Il n'y a aucune raison pour qu'un individu ait un ordinateur à la maison »

Kenneth Olsen, fondateur de Digital Equipment, 1977

« 684 ko de mémoire vive devraient suffire à n'importe quel ordinateur »

Bill Gates, fondateur de Microsoft, 1980

 

La liste est sans fin... En fait dans un premier temps l'innovation est décrite comme une hérésie, dans un second temps elle est violemment critiquée. Dans un troisième temps elle est reconnue comme une réalité indispensable... La durée de chaque temps est fonction de la résistance au changement des populations concernées. Nous allons pouvoir maintenant parler de la bioimpédance.

 

Capteurs évolués, Mesures électrophysiologiques, et Objets intelligents :

Le produit et les applications de QPM® tel qu'on en parle aujourd'hui ne constituent que le haut de l'iceberg, même si leur caractère innovant trouble encore certains.
Poser des électrodes sur une personne pour recueillir des informations électrophysiologiques, et les traiter ensuite à l'aide d'un ordinateur nous paraîtra bientôt banal.
Les technologies de mesure progressent si vite, que déjà des applications extraordinaires voient le jour dans les laboratoires de recherche.
Ces systèmes qui mesurent la différence de potentiel, et/ou la conductibilité, et/ou l'impédance et/ou les infrarouges (on pourrait continuer ainsi) sur tout ou partie de l'organisme, vont se développer très vite tant les domaines envisagés sont vastes. Ils font l'objet d'investissements financiers massifs dans les laboratoires des Etats Unis, de la Russie et surtout du Japon.
Les aspects psychologiques et médicaux sont presque secondaires face à une intégration de ces technologies dans des objets du quotidien, par l'usage de capteurs miniaturisés et peu gourmands en énergie.
Ces "objets jusqu'alors inanimés" pourront vraisemblablement changer de propriété en fonction de notre état, et pourquoi pas se transformer suivant le résultat de ces mesures subtiles.


Des applications de plus en plus nombreuses dans nos vies quotidiennes.

Bien sûr, les applications dans l'éducation et le ludisme sont très présentes.
Savoir détecter grâce à un appareil simple, fiable et peu coûteux un stress important, une violente émotion, une fatigue intense, de la joie ou de la tristesse, une baisse de vigilance (...) peut s'avérer utile dans de nombreuses circonstances.
Pouvoir contrôler un système technique, sans faire appel à autre chose qu'à quelques capteurs judicieusement placés sur la peau, n'est pas non plus sans intérêt...
Après la lecture de ces quelques lignes, vous ne serez certainement pas surpris d'apprendre que certaines grandes universités Américaines ont déjà implémenté un procédé équivalent pour améliorer l'efficacité de leurs cours par Internet. Celui-ci permet au professeur (qui enseigne à des étudiants situés à des milliers de kilomètres les uns des autres), de pouvoir apprécier l'effet de sa présentation, et d'adapter son rythme aux données des mesures faites sur les participants. Celles-ci lui sont retransmises (sur son bureau virtuel) en temps réel, au fur et à mesure que sa leçon avance !

Une ère nouvelle a commencé, saisissons ensemble cette opportunité en matière de connaissance de soi, de développement personnel et de mieux être.


Patrick VISIER